I. B. Les normes de potabilité

Pour être consommée, l'eau doit en France répondre à des critères de qualités très stricts fixés par le ministère de la santé et le Conseil Supérieur du secteur d'Hygiène Publique.

Les normes définissant une eau potable sont variables suivant la législation en vigueur et selon qu'il s'agit d'une eau industrielle ou destinée à la consommation.

Il existe ainsi près de 63 critères pour une eau propre à la consommation : ces critères, décidés selon le principe de précaution maximale qui permet de protéger les personnes dont la santé est la plus fragile, portent sur plusieurs paramètres fixés avec l’aide de l’U.E.

Voici les principaux paramètres définissant la qualité de l’eau potable :

 • Tout d’abord, les paramètres organoleptiques sont liés à la couleur, à la saveur et à l’odeur de l’eau. En résumé, afin d’obtenir une qualité organoleptique, l’eau doit être agréable à boire, claire, fraîche et sans odeur. C’est d’ailleurs principalement pour ces aspects que le consommateur apprécie la qualité d’une eau. Néanmoins, il faut tout de même noter que ce sont des paramètres de confort. En effet, ces critères n'ont pas de valeur sanitaire directe. Une eau peut être trouble, colorée ou avoir une odeur particulière et néanmoins être consommable.

 • Les paramètres physico-chimiques correspondent aux caractéristiques de l'eau telles que le pH, la température et la conductivité. Ils concernent donc tout ce qui est relatif à la structure naturelle de l’eau et délimitent des concentrations maximales pour un certain nombre d’éléments, notamment des ions comme les chlorures, le potassium et les sulfates.

 • De plus, les paramètres microbiologiques permettent de vérifier que l’eau ne contient pas de germes pathogènes (c’est-à-dire bactéries, virus, parasites…) qui provoqueraient des maladies chez les consommateurs. C’est le critère le plus important concernant la potabilité de l’eau.

 • Les paramètres concernant les substances indésirables concernent des substances dont la règlementation tolère la présence en faible quantité. On peut citer par exemple la teneur maitrisée en fluor, en nitrates, en nitrites, en sels minéraux…

  Enfin, il existe des paramètres concernant des substances toxiques telles que les pesticides, les métaux lourds comme le plomb ou le chrome… Les teneurs tolérées sont extrêmement faibles car ce sont des poisons mortels pour l’homme.

Pour chacun de ces paramètres, des seuils sont imposés.

Voici quelques exemples :

• le pH doit être supérieur à 6.5 et inférieur à 9.

• Le TH soit la dureté de l’eau, qui correspond à la mesure de la teneur d'une eau en ions calcium et magnésium, doit être supérieur à 15 degrés français. Autrement dit, une eau ne doit pas posséder moins de 60 mg/l de calcium ou 36 mg/l de magnésium, sinon elle sera jugée trop douce : pour ne pas corroder les canalisations, elle devra faire l’objet de minéralisation et/ou de neutralisation pour retrouver un équilibre calco-carbonique.

• La quantité de résidus secs, après déshydratation (dessiccation) à 180°c, doit être inférieure ou égale à 1500mg/l.

• La teneur en sulfate doit être inférieure à 250 mg/l.

• la teneur en potassium doit être inférieure à 12 mg/l

• la teneur en fluor, qui doit être inférieure à 1.5 mg/l

• les micropolluants tels que l'arsenic, le cyanure, le chrome, le nickel, le sélénium ainsi que certains hydrocarbures sont soumis à des normes très sévères à cause de leur toxicité. Leur teneur tolérée est de l'ordre du millionième du gramme.

L’eau potable contient donc des matières polluantes, mais les normes de potabilité permettent de rendre leur concentration suffisamment faible pour qu’elle ne mette pas en danger la santé du consommateur.

Cependant, la présence de certaines substances peut être jugée nécessaire comme les oligo-éléments (soit cobalt, cuivre, fer, fluor, iode, manganèse, molybdène et zinc), car ceux-ci sont indispensables à l’organisme.

 Enfin, d’un point de vue pratique, elle ne doit pas corroder les canalisations afin d’arriver "propre" à la sortie des robinets.

  

---> En définitive, l’eau potable s’obtient à partir d’eau brute que l’on puise dans des sources. De plus, l’eau doit respecter de nombreux critères très stricts avant de pouvoir être bue par l’homme. Mais pour correspondre à ces critères, quels traitements doit-elle endurer pour pouvoir être qualifiée « d’eau potable » dans une usine de traitement de l’eau?

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×