I. A. Définitions

  

 


Une eau potable est une eau qui peut être consommée sans danger pour la santé. Cette eau potable doit répondre à des critères de qualité qui sont fixés par la loi et définis selon des critères du code de la santé publique, à savoir aux exigences des articles R1321.1 à R1321.5 (cf. annexe) et à celles des arrêtés d’application correspondants.

 

Cette réglementation traduit les impératifs d’un texte européen dont la version la plus récente date de 1998. En effet, ce texte a été modifié car la notion de potabilité évolue en tenant compte des avancées des connaissances scientifiques et techniques.

 

 Pour obtenir de l’eau potable, il faut auparavant puiser de l’eau brute.



 L’eau brute, destinée à la consommation humaine, est prélevée dans un cours d’eau ou une nappe d’eau souterraine. Elle est ensuite acheminée vers une usine de traitement de l'eau où elle subit divers traitements physiques, chimiques, physico-chimiques et biologiques.


Cette eau, même si elle n'est pas potable, est régulièrement contrôlée au niveau des pesticides, des matières organiques et des nitrates : ainsi, les pesticides ne doivent pas excéder 0,96 mg / L tandis que les nitrates ne doivent pas dépasser 50mg / L.

Les molécules organiques les plus retrouvées dans cette eau sont l’AMPA et le glyphosate, des désherbants. On peut noter que certains désherbants sont progressivement interdits car ils contaminent l’eau et s’avèrent trop nocifs pour la santé. C’est le cas, par exemple, du désherbant diméthénamide qui est interdit depuis 2008.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site